PITCH

Quelles sont les racines de la crise écologique ?

Une question qui m’obsède depuis que j’ai brutalement pris conscience de la gravité de la situation lors d’une méditation il y a quelques années. Pour explorer cette question, notre équipe est donc parti à la rencontre de lieux qui mêlent écologie et spiritualité : le Centre Amma (hindouisme), le Village des Pruniers (bouddhisme) et l’Arche de Saint-Antoine (christianisme), trois communautés qui font le lien entre crise environnementale et crise existentielle. Entre immersion dans ces sanctuaires et interviews de sages à travers l’Europe, ce documentaire est une quête de compréhension qui nous emmène au cœur de l’écospiritualité.

DES SAGES INTERVIEWÉES À TRAVERS L'EUROPE FRANCOPHONE

Thomas d’Ansembourg, Annick de Souzennelle, Michel-Maxime Egger, Sophie Rahbi, Marc Luyckx Ghisi, Issâ Padovani, depuis 1 an, nous avons eu le privilège de rencontrer des personnalités lumineuses qui nous ont éclairé sur les racines de la crise écologique. 

Newsletter

Pour être tenu au courant du lancement de la Campagne Ulule !

LETTRE DE
PRÉSENTATION

GENÈSE DU PROJET

En tâchant de prendre du recul vis-à-vis de tous les signes actuels d’essoufflement sociétal et planétaire, je fais partie de ceux qui perçoivent à travers les crises successives le bourgeonnement d’un nouveau paradigme. L’époque chaotique dans laquelle nous sommes ballotés amène de profondes remises en question sur nos modes de vie et notre rapport au monde.

Dans mon cheminement personnel, l’approfondissement de la méditation et de mes investigations sur la crise écologique et sociale n’ont eu de cesse de se rejoindre sur une ligne de crête que certains auteurs ont baptisé « écospiritualité ». L’écospiritualité, c’est une méta-écologie qui va plus loin qu’un verdissement du cheminement spirituel, ou qu’une couche spirituelle à l’engagement écologique, c’est la synthèse d’un élan qui a aujourd’hui plusieurs visages et qui considère que le soucis de l’environnement et la quête intérieure sont les deux faces d’une même médaille. Adhérer à cette approche, c’est suivre l’intuition qu’il y a un lien fondamental entre l’état du monde et notre vie intérieure.

C’est en voulant tirer ce fil que ce projet ambitieux est apparu. Petit à petit, notre équipe naissante a rencontré des communautés qui s’étaient bâties à partir de ces questions de fond. Ce sont désormais des lieux qui mêlent savamment pratique spirituelle et engagement écologique. La volonté première de ce film serait, à travers ces laboratoires qui expérimentent un autre mode de vie, et les intellectuels qui abordent les causes profondes de la crise écologique, de capter cet élan sociétal d’un retour à la sacralité du vivant.

LE DOCUMENTAIRE

En nous immergeant successivement dans ces trois communautés, nous allons progresser dans notre investigation sur les racines humaines et culturelles de la crise écologique. Au fur et à mesure qu’on découvrira les vocations de ces lieux et les pratiques qui les caractérisent, qu’on écoutera les problématiques et trouvailles expérimentés par leurs habitants, nous approfondirons l’idée d’une écologie moins superficielle, plus intérieure, qui considère que nous ne sortirons pas de cette crise écologique sans prendre soin de la nature, de nousmême et des autres. Car en effet, l’écospiritualité repose sur trois piliers : la Terre, l’Âme et la Société. C’est dans l’idée d’explorer ces trois strates interdépendantes que ce film nous emmène successivement :

AU CENTRE AMMA

Fondé par la figure emblématique dont il porte le nom, cette ancienne ferme d’Eure-et-Loir restaurée en ashram hindoue est désormais un lieu qui allie travail sur soi et formations écologiques pour « combler la faille grandissante entre l’homme et la nature ».

Son rôle dans le film est l’exploration de notre reconnexion à la nature ( la Terre ).

e528a3_c805168a30a44c0fa4d8357df33be6f0_mv2.webp
e528a3_adad148509024cfca521a51a6989dc83_mv2

AU VILLAGE DES PRUNIERS

Centre de méditation bouddhiste fondé par Thích Nhất Hạnh au cœur de la Dordogne, ce monastère enseigne la Pleine Conscience,

« une puissante énergie collective pour aider à guérir et transformer notre vie et celle du monde. »

Son rôle dans le film est l’exploration de l’intériorité ( l’Âme ).

À L'ARCHE DE SAINT-ANTOINE

Monastère chrétien réhabilité en communauté familiale, c’est une des communautés fondées autour de Lanza Del Vasto, disciple chrétien de Gandhi, et qui a pour vocation le vivre-ensemble fraternel dans le respect de la non-violence.

Son rôle dans le film est l’exploration de la relation à autrui
(la Société).

e528a3_dd5d39bfd99f4770bb42dcb732e94421_mv2

À la Racine ce n’est pas une visite touristique élogieuse de lieux écospirituels, mais plutôt la progression d’une réflexion. Dans un monde où le débat public autour de la question écologique se tourne majoritairement vers les symptômes, il semble essentiel de s’interroger sur les causes profondes, humaines, culturelles et spirituelles de cette crise.

Formé à l’agroécologie et aux 8 Shields, Devaraj est résident et bénévole au centre Amma. Son quotidien alterne entre travail intérieur et assistance aux formations qui ponctuent la vie de l’ashram (permaculture, retraite de méditation…).

Après ses études de sciences politiques, Zoé décide d’écouter un impérieux besoin de se retrouver en passant deux ans au Village des Pruniers. Désormais voisine du Village, elle se forme à la boulange et démocratise la pleine conscience dans l’écologie militante.

Vincent est le maraîcher de l’Arche de Saint-Antoine. Au fil des années, ce jeune père de famille issu d’un milieu athée s’est ouvert à la vie spirituelle présente dans la communauté. Il considère désormais militantisme et intériorité comme procédant d’un même élan

UN TOURNAGE D'UN AN VIENT DE DÉMARRER

Malgré les incertitudes liées à la pandémie, le tournage a pu débuter comme prévu à la rentrée 2020.

e528a3_6238704c1384437f9953002b6d8ccc34_mv2
e528a3_e386cb9b9faa48b093815ec3f8b72be6_mv2

DES PERSONNALITÉS INTERVIEWÉES EN FRANCE ET EN BELGIQUE

Depuis juillet 2020, nous avons menés une partie des entretiens que nous projetons de réaliser à travers l’Europe. Dans ce cadre, nous avons eu le privilège de rencontrer Thomas d’Ansembourg, Marc Luyckx Ghisi, Sophie Rahbi, Mathieu Labonne, Norbert Fond et Margalida Reus. Prochaine étape, la Suisse !

NOTRE ÉQUIPE

PHILIPPE RAULIN

Réalisateur et producteur

 

BORIS MUNGER

Chef opérateur

 

VALENTIN PROST

Assistant de production

 

EXTRAITS D'INTERVIEWS

Nous vous dévoilons ici quelques extraits d’interviews réalisées depuis cet été 2020, en France et en Belgique.

MARC LUYCKX GHISI

« Ca fait des années que je me demande d’où part le changement. Et je crois qu’on peut dire que nous sommes une des premières civilisations au monde qui a préparé deux scénarios de suicide collectif. Le 1er c’est l’arsenal nucléaire, le 2nd  c’est la croissance infini dans un monde fini… Il y a un monde qui meurt. Y a un monde polluant, religieux, politique, un monde de « non-sens » qui est entrain de finir. Dans l’inconscient collectif, tu interroges le citoyen moyen il dit « mais moi je veux de la vie, je veux de la vie pour mes enfants, mes petits enfants, et donc je ne veux pas de ces scénarios de mort collective ». Pour moi c’est vraiment le moteur du changement. Nous passons implicitement dans notre civilisation mondiale de valeurs de mort à des valeurs de vie.  “

THOMAS D'ANSEMBOURG

« Toutes les traditions nous disent « assieds-toi, fais silence, entre à l’intérieur de toi, médite, et trouve ta ressource à l’intérieur. Et notre société fait juste l’inverse, sors de toi, achète, commande, voyage. Et ça nous disperse complètement. Nous avons créé un système d’appauvrissement collectif qui est une vraie arme de destruction massive. Le chaos visible à l’extérieur est le reflet d’un chaos intérieur. La maltraitance perpétuée sur la nature et les ressources autour de nous est le reflet spectaculaire de la maltraitance que nous perpétuons individuellement sur notre nature intime, notre sensibilité, notre délicatesse. »

 

MATHIEU LABONNE

« C’est quoi le levier qui fait qu’on passe du fait de savoir au fait d’agir ? Qu’est-ce qui fait qu’on sait mais qu’on agit pas ? Et c’est là où justement la conscience spirituelle est essentielle. Qu’est-ce qui fait qu’on passe de la conscience de cet état du monde à son intégration dans notre psychisme ? Et je pense que c’est la dimension du témoin, cette dimension capable de remettre en question, qui est ce levier. C’est là où je pense que la spiritualité va être de plus en plus essentielle, en nous aidant à être réellement à l’écoute pas juste des chiffres et des faits qu’on voit dans les médias, mais aussi de ca que ça nous dit de nous-même et de nos besoins de changer. »